même si j’ai mal au ventre

ça tire et le citron est-ce bon
ça extirpe ça puise
je dessine à ma guise
le soir des gens qui se touchent pour un livre
même si j’ai mal j’respire
jusqu’au bout du ventre
je me concentre
mon deuxième cerveau en accordéon

bien courir
courir mieux
les défis croustilleux
ça m’attire
fin août j’aurai doublé mon record
j’y pense quand je m’endors.

j’ai mangé mon diner avec diligence
j’avais des bons potages
mais j’ai mastiqué en silence
des frites hormonales

et les grenouillages
pas juste les sous
le monsieur aussi qui arrosait son trottoir
le coeur qui bat je lui ai dit l’eau c’est pas banal
mais ce bedonnant borné je l’absous
il n’a juste rien compris.

fini les assommoirs
je me couche tôt et je médite
le matin j’observe nos enfants en semis
leurs feuilles en stomates
quand je les arrose je les nourris.

dans neuf mois j’aurai vingt-huit
de quoi ça a l’air un baudroie ?
d’ici là je saurai.

moi si un jour on me cravate
ce sera pour avoir changé
le livre des lois
en gros dessin de vomis.