peut-être que peut-être que peut-être que

ça faisait comme un aimant
tes yeux je tombais dedans
j’pense on avait bu presque cent bières
j’pense depuis ce matin à hier

et ma tête est lourde
je la dépose sur le comptoir
j’ai fait un trou dans mes collants noirs
j’peux pas m’changer ni les coudre

ma cuisse a froid
à gauche en haut
et j’écoute la radio
y’a des bonnes tounes des fois

peut-être que peut-être que peut-être que
je te trouve beau un peu
peut-être que peut-être que peut-être que
tu me trouves belle un peu

et les deux assis sur la banquette
tu m’flattais par en d’sous d’la table en cachette
ma cuisse avait chaud
à droite en bas

je ne sais pas
s’il était tard ou tôt
tu m’as caressé le visage
comme dans Tu m’aimes tu?

moi j’ferais du coloriage
sur ton corps nu
j’te dessinerais d’la barbe
en spirale de sapin
en mouton de marbre
en diamant de dauphin

et tes lèvres délectables
et ta langue savoureuse

moi tsé mes feelings sont lavables
ils rétrécissent à la sécheuse
juste, fais attention aux tiens
oublie les pas entre mes seins

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s