histoire # 22 (il va faire tout noir)

Jeudi passé à la Banquise on a bien ri. On savait d’avance ce qui allait se produire alors on s’est préparés, mais le vivre pour de vrai c’était trop hot haha. Ou peut-être que j’en mets. Mais en tout cas j’tais folle comme d’la marde.

Voici l’histoire: alors ce soir là j’étais au take-out et Samuel était hôtesse (pas hôte, c’est lui qui dit ça même pour un gars ok) et sinon y’avait Élise, Yohan, Mel et JR. Et pis là on nous avait concocté au début du shift un p’tit kit de survie pour 3:00 du mat. Avec des bougies à profusion et une lampe de poche pour chaque serveur, on était prêts pour une panne de courant qui allait durer deux heures. C’était supposément en raison de travaux d’électricité dans le quartier. Je crois que la décision a été de servir un maximum de clients jusqu’à ce qu’on ne puisse plus préparer de nourriture en cuisine. Alors c’est ce qu’on a fait, jusqu’au moment où, alors que je prenais la commande d’une gang de cinq gars au take-out, DZINGCHOUMPHHhp. Tout noir. Rien. Plus de musique. Plus rien. Juste le son des aliments qui cuisaient sur la plaque à ma droite, les grincements de fourchettes dans le fond des assiettes en salle et… des silhouettes tout autour de moi avec en arrière fond des rires timides étouffés d’excitation, mais d’incompréhension aussi… Et s’en suivirent mes propres cris hystériques. HAHAHAHA. J’étais vraiment énarvée. C’était beau de voir les flashlights s’allumer en cliquetis à grandeur du restaurant, jusqu’à la terrasse. Et à toute allure, voir Yohan filer indubitablement, prendre le lead, allumant les bougies sur chacune des tables. Les clients étaient comme… what the fuck? Mais ils mangeaient normalement, j’veux dire ils finissaient leur assiette, on les mettait pas dehors pour autant. C’était juste tout à coup plus du tout la même ambiance à La Banquise. Et moi, le sourire fendu jusqu’au front, dans la noirceur du restaurant, je sautillais de joie un peu partout. En tout cas Samuel avait pas l’air si épaté, lui… Oui je sais j’suis rien qu’un enfant.

Faque là rien pouvait sortir, pu d’électricité , pu de bouffe. C’est ce qu’on a essayé de faire comprendre à la cliente saoule qui est entrée en furie s’exclamant: « Mais là, pouvez-vous sortir n’importe quoi? » « De quoi, n’importe quoi? » « Ben n’importe quoi! » « Eeuuhhh non, on peut plus sortir de facture, ni rien, y’a pu de courant! » Après quatre fois elle a fini par comprendre.

Les clients quittaient tranquillement et on faisait notre ménage quotidien du shift de nuit pendant ce temps. Balayer quand tu vois rien, c’est pas évident m’a te dire. Mais le faire quand le resto est vide, en chantant à tue-tête SI TU AIMES LE SOLEIL, TAPPE DES MAINS, c’est plus drôle. Et les cooks qui jasaient. Et les plongeurs qui jasaient. Il ne restait qu’à consoler les clients affamés qui arrivaient et qu’on devait r’virer d’bord…

C’était vraiment drôle comme soirée…. Pas trop payant je dirais, mais bien amusant! Ok bye je vous aime mes banquisiens du mercredi-jeudi soir de mon cœur.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s