histoire # 19 (casser des assiettes)

Samedi de nuit (le seize juin) c’était un shift bizarre au début, mais le fun à la fin. Premièrement, moi je me sentais pas trop bien, parce que mon cuisinier que je fréquentais comme un petit peu depuis quelques mois ben il m’a dit la veille après la job qu’il avait rencontré quelqu’un d’autre et pis qu’on allait devoir arrêter de se voir. Alors moi c’est sûr que j’étais comme un peu triste. Et de le voir, ça me chamboulait le coeur comme dans tous les sens. Même si on s’aimait pas pour de vrai ben je pense que je me suis attachée tsé ben c’est normal. Et je sais que c’est moi qui voulait rien de sérieux, je lui disais depuis le début, et même s’il me répondait qu’il était d’accord avec ça, ben maintenant je comprends qu’il ne l’était sûrement pas tout à fait, parce que la fille qu’il dit avoir rencontré, ben il m’a expliqué qu’il pensait pouvoir être en couple avec pour de vrai ou de quoi du genre. C’est correct, tsé. On avait du fun ensemble pis toute, mais tant mieux pour lui si bientôt il va avoir une blonde pis moi pas de chum. J’me demande c’est qui la fille.

Alors c’est ça. Fini les p’tits regards coquins à travers la passe. Fini les p’tits mots gentils durant le travail. Les You look goog ou you look great ou you look amazing. Les p’tits becs dans le backstore. Les déjeuners au Cora. Fini les journées ensoleillées au Marché Jean Talon. Les films d’horreur au cinéma. Les partys vraiment trop intenses où on se saoulait la gueule comme des cons. Et les joints beaucoup trop gros qui me tuaient le cerveau. Fini les messages textes cutes matinaux. Fini tout ça, bon, c’est fini, c’est ça, pis tant pis. Tant pis.

Bon je me suis vidé le coeur. Alors ce samedi là, j’avais tout ça qui me trottait dans la tête, et pis j’étais pas dans mon assiette. C’est le cas de le dire, parce que j’en ai brisé une. Au moins elle était pas pleine, c’est que je déservais une table pis ma pile d’assiettes était pas stable, celle du top a tombé par terre.

Ce soir là y’avait moi au take-out: je me rappelle même pas la dernière fois que j’ai été au take-out. Y’avait Aurélie, Gabrielle, Samuel, Gaïa, Marie-Philip et la nouvelle qui est une ancienne, c’est Maude. Je me rappelle plus du poste du monde parce qu’on dirait que j’ai oublié. Ça a été une soirée folle, on dirait que les clients étaient fous. Mais à la fin je riais bien. Après avoir été pleurer un bon coup dans le backstore parce que ma crotte sur le coeur s’en allait pas, et qu’Aurélie m’ait consolé, j’allais mieux.

J’ai rencontré des gens que je connaissais. J’ai vu Sébastien, Pier-Olivier et Simon, des gars du secondaire. Pier-Olivier était vraiment saoul mais il me faisait rire. Il m’a invité à son nouvel appart je suis contente. Même si on est pas resté en contact trop trop, il est pas trop tard pour se reprendre et passer du bon temps. J’ai vu aussi mon ostéopathe. Ça c’est drôle. Je lui avais dit que je travaillais à La Banquise les vendredis et samedis de nuit. Il est venu me dire allo et on a jasé un peu. C’est le fun. Sinon j’ai aussi vu un ami à moi qui travaille à la Distillerie, il s’appelle Fred. Il est gentil et beau, mais il a une blonde. Finalement, j’ai vu un des gérants du St-Sulpice ben tôt le matin; on s’est dit allo. Il est venu prendre de quoi au take-out. Parce que maintenant je travaille du dimanche au jeudi là bas comme serveuse au restaurant et je fais juste les vendredis de nuit pour tout l’été à La Banquise à partir de la semaine prochaine.

Ça va être correct. Faque c’est ça.

Ce samedi là j’suis pas la seule à avoir échappé une assiette par terre. Marie-Philip aussi dehors sur la terrasse et je l’ai aidé. Et Maude aussi proche de la passe parce que c’tait chaud. Et je l’ai aidé.

Ce soir là mon coeur c’tait comme une assiette. C’tait comme les assiettes de La Banquise en mille morceaux par terre dans la graisse de poutine de plancher dégueulasse de vieille bouffe puante de bout’ de croute de repas pogné en dessous des souliers glissants; il a mangé plusieurs coups. Mais là j’pense qu’il va mieux. En tout cas j’ai compté que j’avais quatre nouveaux prospects (amoureux).

J’espère aussi que les coeurs de Marie-Philip et Maude vont bien.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s